page 54 revue Bateaux n°81

TRITON

Architecte: Carl A. ALBERG (USA)



Son architecte, Carl A. Alberg, a répondu par ce dessin a la recherche de confort que pouvait lui demander une clientèle désirant trouver autour de quatre couchettes l'aisance des mouvements et de la vie à bord, en même temps que les qualités nautiques et les performances à la voile et même au moteur.


CARACTERISTIQUES

Pour un bateau dont les dimensions ne lui permettent pas de rentrer dans la classe III du RORC (6,60 m à la flottaison au lieu de 7,32 m), on pourra s'étonner de relever des caractéristiques apportant un si heureux compromis entre des lignes relativement tendues, des élancements élégants (plus de 2 mètres) et une hauteur sous barrots devant satisfaire les plus difficiles ( 1,85 m) .

Le plan de pont nous révèle une largeur symptomatique avec un bau maximum de 2,55 m, alors que nous ne trouvons sur un Pionier que 2,37 m et sur un Maïca à voûte 2,75 m pour 11,28 m de longueur de coque. Cette largeur permettra d'obtenir une relative stabilité de forme que viennent par contre atténuer des fonds très en V, seuls susceptibles de procurer l'habitabilité intérieure.

Le tirant d'eau de 1,30 m enlèvera tout souci aux pratiquants de la croisière côtière et la semelle droite favorisera l'échouage. Notons cependant que la position d'échouage ne devra être prise qu'avec certaines précautions, le centre de gravité du bateau se trouvant bien près de la limite avant de la semelle.

Les formes arrière accusent par contre un rétrécissement assez brutal diminuant le volume à la hauteur du cockpit et risquent, si tout l'équipage se trouve à l'arrière, de modifier l'assiette du bateau et sa bonne remontée au vent. L'expérience montre d'ailleurs qu'à la moindre accélération, la vague vient remplir ce vide en remontant largement sous la voûte et le tableau arrière.

L'avant, en forme de V très ouvert, nous donnera un bateau très sec, se recevant avec beaucoup de douceur dans la lame. Le bord d'attaque de la quille nous a paru trop généreusement arrondi et ne parait pas, de ce fait, être un facteur favorable à la marche au près.


CONSTRUCTION

Le Triton fait partie de la gamme Jouët actuelle, c'est-à-dire que nous nous trouvons devant une réalisation entièrement en plastique. La coque est moulée d'une seule pièce, le lest en plomb y étant introduit intérieurement. Le pont, qui autrefois était prévu s'insérant entre les parois, est posé désormais sous la forme d'un couvercle, verrouillé à la coque à l'aide d'une serre. La finition est obtenue par un liston en bois verni de bonne taille: regrettons que le constructeur en ait fait l'économie sur le tableau arrière mettant par trop en évidence la soudure, surtout sur les bateaux à coque de couleur.

Le pont entièrement plastique est moulé d'une seule pièce, cockpit et hiloires compris. Seuls viennent s'y assujettir un capot de trou d'homme, un capot de roof coulissant, également en plastique et des couvercles amovibles formant bancs de cockpit. Toutes les parties planes sont moulées sous forme de surfaces antidérapantes et permettent une circulation aisée.


51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65

<< précédente / suivante >>

sommaire